bien-être

Notre pharmacie naturelle

Notre pharmacie naturelle

Vous nous avez beaucoup demandé ce qui composait notre pharmacie naturelle et comment on prend soin de notre famille de façon plus naturelle. Je vous partage donc tous mes remèdes maison pour aider à guérir et prévenir les maux. 

Comment désencombrer plus facilement

Comment désencombrer plus facilement

Avez-vous des moments où vous vous sentez moins bien à la maison? La fatigue est plus présente, vous êtes plus irritable, vous vous sentez stressée ou encore, étouffer? Ça m'énerve quand je vis des périodes comme ça! Avec le temps, j'ai remarqué que c'était beaucoup lié à l'état de la maison et surtout : ce qui la remplit!

Je suis une pas fine

Je suis une pas fine

Je cherchais sur quoi écrire aujourd’hui et je me suis rappelée que c’est la journée #BellCause. (Ou plutôt, mon feed Facebook bien rempli sur le sujet me l’a rappelé!).

Je me considère chanceuse. Ou grande gueule peut-être tout simplement? Quand ça va pas, j’en parle. À mon chum, à ma mère, à vous autres. Plus d’une fois, en fait chaque fois, où ça n’allait pas dans ma vie, je suis venue en parler ouvertement ici. C’est certain qu’une part de moi le fait pour aller chercher du support et ça me sert un peu de thérapie, mais une bonne part de moi le fait aussi simplement parce que dans la vie, c’est normal que ça n’aille pas toujours bien. Qu’on ait des bas, des moments de doutes, de fatigue extrême, de stress. Et faut pas garder ça en dedans. Je me dis qu’en le racontant publiquement, ça peut, peut-être, faire du bien à quelques personnes, qu’elles voient qu’elles ne sont pas seules là-dedans. Il faut en parler et le montrer. Il faut casser le cycle malsain des médias sociaux de “OMG MA VIE EST TROP NICE TOUT VA TROP BIEN”.

Je suis chanceuse parce que c’est périodes moins faciles n’ont jamais été plus que ça. Je finis par m’en sortir, par aller mieux, par trouver des pistes de solutions pour faire les changements nécessaires dans ma vie pour être mieux (comme sacrer mon camp au Nicaragua). C’est dans mon caractère : je ne tolère pas d’être malheureuse. En tout cas, pas longtemps. Mon instinct me pousse à faire des gros moves qui font peur. Mais si je ne les fais pas, je sais ce qui me guette. Alors, je fonce, sans trop regarder en arrière.

Avec une petite fille qui s’en vient très vite, je me doute que ça achève de vivre d’instinct comme ça. Ça va toujours rester en moi, mais je veux dire, je ne pourrai plus décider sur un 10 cenne de faire un gros changement de vie. Je vais toujours devoir penser à l’impact que ça aura sur notre fille.

Je réalise donc que mes beaux discours de “self help” et “quand on veut tout est possible” ont malheureusement leur limite. Des fois, on n’a pas le choix de garder la job de marde qu’on hait, parce qu’on n’a pas le choix de mettre de la bouffe sur la table de notre famille. Des fois (hum, pas mal tout le temps j’imagine!), on ne peut pas déménager à l’étranger sur un coup de tête, parce que ça se fait pas sortir la petite de l’école en milieu d’année scolaire.

Donc aujourd’hui, je veux juste m’excuser pour ma non-compréhension. De la dépression, y’en a dans mon entourage. J’essaie vraiment d’être compréhensive, patiente, tolérante. Mais je ne le suis plus. Je suis une pas fine pour ça.

J’ai tellement l’attitude du “botte toi le cul ça va aller mieux” et “aide-toi, fais des changements concrets, vis la ta vie de rêve, COME ON!” que j’oublie trop facilement que c’est une maladie, que ce n’est pas leur faute. Que même si des journées ils pètent la forme, ça n’enlève rien au fait que la dépression est bel et bien là et peut refaire surface, n’importe quand.

Et que quand quelqu’un dit “j’ai juste envie de sacrer mon camp et d’aller vivre ailleurs”, la personne n’a pas nécessairement envie de se faire dire “ben enwèye, qu’est-ce qui t’en empêche!?” (ma réponse, toujours.)

Si je peux juste essayer de dire une chose aujourd’hui (ok, deux) : c’est que d’abord, faut pas se gêner pour le dire quand ça ne va pas.

Et deuxièmement : faut arrêter de juger les gens en dépression.

Et je m’inclus là-dedans han! Moi qui se croit un modèle de tolérance et d’ouverture, je vous l’avoue. J’ai souvent levé les yeux aux ciel en entendant quelqu’un de dépressif soupirer pour aucune raison. J’ai souvent pogné les nerfs en l’entendant se plaindre de quelque chose pour la 100e fois. Abandonné de l’aider, voyant que de toute façon, la personne n’écoute pas mes conseils et reste dans ses mauvais patterns.

J’oublie tout le temps : c’est une maladie. Je ne pogne pas les nerfs après quelqu’un qui a le cancer. Mais une dépression, oui :( C’est bête, non?

On parle de plus en plus ouvertement de la dépression et des maladies mentales, mais le fond du problème ne se règle pas : la dépression ça sonne honteux, par notre faute à nous tous.

Alors, et là pas juste aujourd’hui, si vous avez quelqu’un de dépressif dans votre entourage, gardez vos conseils à la con, tournez votre langue 7 fois avant de lui répondre. Écoutez. Acquiescez. Demandez comment vont les rencontres avec son psy. Si ça lui fait du bien. Dites-lui que vous l’aimez.

C’est tout.

Faut arrêter d’être pas fins avec les gens dépressifs.

J’ai testé : la luminothérapie

J’ai testé la luminothérapie

Avez-vous déjà entendu parler de luminothérapie? L’automne et l’hiver ne sont pas faciles sur notre énergie et notre moral, n’est-ce pas? Ce n’est pas évident de vivre avec aussi peu de lumière et de soleil, alors que c’est tellement important! Et quelle thématique aujourd’hui, en cette journée la plus courte de l’année, que de vous parler de luminothérapie. 

D’abord, sachez que si vous avez tendance à moins bien aller dès que l’ensoleillement diminue, vous n’êtes vraiment pas seule. La déprime saisonnière affecte 1 personne sur 5. Parmi les effets ressentis : humeur morose, anxiété, irritabilité, troubles de l’appétit et du sommeil, difficulté de concentration, manque d’énergie… BLEH.

Tout ça parce que notre corps n’a plus accès à la belle énergie du soleil comme d’habitude. Moi, je le vois surtout avec mon (in)capacité à me lever le matin. L’été, ou encore, quand j’habitais au Nicaragua, je me lève sans problème, sans cadran, par moi-même, vers 6 h, 6 h 30.

Dès la fin octobre, j’ai tout la misère du monde à me lever à 9 h 30. Même que si je me le permettais, je serais sûrement capable de dormir jusqu’à midi à tous les jours. Et ça n’est pas à cause de mon état (enceinte), puisque ça me fait ça chaque année.

La luminothérapie est bien simple, traitement efficace recommandé par les médecins et en plus, c’est 100 % naturel YAY. (Parce que personnellement, je n’aime pas prendre de médicaments et je n’en prends pratiquement jamais.) Suffit simplement de s’exposer, une trentaine de minutes par jour, à une lampe qui simule l’effet d’une belle journée ensoleillée d’été, avec un ciel bleu éclatant. That’s it, that’s all.

Pinnez-moi!

Pinnez-moi!

Ça marche comment?

On allume notre lumière, 30 minutes par jour et idéalement le matin, parce que ça aide à ralentir notre production de mélatonine, l’hormone du sommeil. Nul besoin de regarder la lumière, donc on peut l’allumer en faisant autre chose. Perso, je le fais en travaillant, mais ça pourrait être en déjeunant, en lisant, en vous préparant…

On recommande de le faire dès l’apparition des symptômes, donc souvent, du début de l’automne à la fin de l’hiver. C’est sans danger.

Comment choisir sa lampe?

Il existe des lampes blanches et des bleues. Les bleus simulent la couleur du ciel ensoleillé. Si vous la choisissez, assurez-vous qu’elle ne soit pas néfaste pour vos yeux (comme nos écrans d’ordinateur). Et bien sûr, assurez-vous de la présence d’un filtre protecteur pour les rayons UVA/UVB! Elles les sont pratiquement toutes, mais mieux vaut double vérifier. Ça serait plate de se ramasser avec une face de homard pour avoir plus d’énergie. Aussi, des études ont montré quand dans le spectre de la lumière, c’est le bleu qui est la couleur la plus énergisante.

Celle que j’utilise est la goLITE BLU HF3431, de Philipps. Elle est compacte, portative et facile d’utilisation. Les lampes bleues sont plus puissantes que les blanches, donc souvent plus compactes :)

La lampe-réveil

Différente de la lampe bleue, la lampe-réveil, elle, est là pour simuler un réveil avec la lumière naturelle. Pas pour vous donner un regain d’énergie, mais simplement, pour réveiller votre corps naturellement et plus tranquillement, comme l’été. Notre cerveau réagit à la lumière du jour et envoie les signaux qu’il est temps de se lever. Mais quand le soleil se lève tard (en ce moment, je suis en France et il se lève à 9 h, JE CAPOTE!), ça devient difficile à faire.

Pour ça, j’ai essayé la lampe-réveil de Philipps, modèle HF3520.

goLITE BLU HF3431
HF3520

Mes impressions

Luminothérapie

Sans blague et en toute honnêteté, chaque fois que j’utilisais la lampe en travaillant, j’avais l’impression d’avoir bu un café. J’avais un vrai regain d’énergie! Je travaillais mieux, j’étais plus concentrée, plus productive.

Pour les effets à long terme, il est encore un peu tôt pour vous le dire. Je pense être de meilleure humeur, moins irritable. Et je recommence tranquillement à être capable de me lever un peu plus tôt chaque jour. J’ai pus d’énergie après avoir utilisé la lampe, mais le reste du temps, difficile à dire pour l’instant.

Mais sérieux, juste pour le regain d’énergie en travaillant – normalement, j’ai des méga crash en après-midi – pour moi ça vaut le coup.

Lampe-réveil

Pour moi, le gros avantage de ce réveil, c’est l’aspect agréable de la chose. Seigneur que ça m’agresse me faire réveiller par un cadran. Même si je mets des chansons au lieu d’une alarme gossante, reste que se faire réveiller d’un coup et tirer de son sommeil, c’est désagréable.

Je trouve qu’avec la lampe, ça adoucit les choses. Le corps se prépare à se faire réveiller. Et on peut mettre des petits bruits d’oiseau et de nature au lieu d’un BIP BIP BIP déplaisant. Vous pouvez aussi choisir la radio si vous voulez être certaine de vous faire réveiller. Ça nous est arrivé 2 fois de continuer à dormir parce qu’on n’avait pas mis les oiseaux assez fort et que la lampe n’était pas assez près de nos visages (oups!).

Assurez-vous de bien placer la lampe. On l’avait mise du côté de Stan au début, donc la lumière ne se rendait pas vraiment à moi (je dormais dos à la lampe en plus!) et comme il dort comme une roche, ça le réveillait rarement. Mais une fois mieux placée, près de moi, ça allait.

Alors voilà! Si vous avez des problèmes de déprime saisonnière chaque année et ressentez les effets du manque de lumière, songez à la luminothérapie. Une option naturelle qui pourrait sérieusement vous donner un coup de main!

Pour avoir plus d’informations sur le sujet et pour voir les différents produits, vous pouvez visiter le site de Philipps.

Ah et vérifiez avec vos assurances! Si le traitement est prescrit par un médecin, la lampe est parfois remboursée :)

*Les personnes souffrant de diabète, de bipolarité ou de maladies des yeux ne peuvent cependant pas bénéficier de traitement de luminothérapie. En cas de doute, consultez votre professionnel de la santé avant de commencer :)

Merci à Philipps pour cette belle collaboration et mes réveils plus agréables :)